Migraine : 4 plantes reconnues (scientifiquement) comme efficaces

0
231

Plus qu’un simple mal de tête, la migraine peut être très douloureuse. Elle peut s’accompagner d’autres maux tels que des troubles visuels, par exemple, une aura ou des nausées. Les causes de la migraine peuvent être multifactorielles. Et il n’existe pas de remède miracle pour la traiter. Cependant, l’utilisation de certaines plantes peut aider à soulager les symptômes et réduire la fréquence des migraines. Les résultats d’études récentes nous apportent un éclairage quant aux plantes les plus efficaces.

Qu’est-ce-que la migraine ?

Il existe 2 types de migraines :

  • Migraine avec aura
  • Migraine sans aura

Si vous souffrez d’une migraine avec aura, il peut vous arriver de voir des étoiles ou des lignes déformées avant le début d’une crise.
D’autres signes avant-coureurs peuvent apparaître : une envie de bonbons, une soif, de la somnolence ou encore un état dépressif.

Facteurs de risque

Les risques de souffrir de migraines sont multifactoriels (1) :

  • Le genre. Les femmes sont près de 3 fois plus susceptibles d’avoir des migraines que les hommes.
  • Avoir d’autres membres de la famille souffrant de migraines.
    La probabilité de souffrir de migraine est de 75% si vos deux parents sont affectés.
  • Avoir moins de 40 ans.
    Cependant, les migraines ont tendance à s’améliorer avec l’âge
  • Prendre des pilules contraceptives.
    Les migraines peuvent être consécutives à des changements dans les niveaux d’œstrogènes.

Signes et symptômes

Les migraines se reconnaissent par les symptômes suivants :

  • Douleur lancinante, battante ou palpitante
  • Début souvent d’un côté de la tête et évolution vers les deux côtés
  • Douleur intense souvent concentrée sur les côtés du front
  • Durée de 4 à 72 heures (2)

Des symptômes peuvent survenir en même temps ou avant le mal de tête :

  • Nausées et vomissements
  • Étourdissements ou vertiges (sensation que la pièce tourne)
  • Perte d’appétit
  • Fatigue
  • Perturbations visuelles (ex : lumières clignotantes, lignes en zigzag, angles morts temporaires ou vision floue)
  • Engourdissement, faiblesse ou picotement de certaines parties du corps
  • Aggravation des maux de tête à la lumière, au bruit et au mouvement, en particulier en se penchant
  • Irritabilité

Les plantes reconnues comme efficaces en cas de migraine

Les traitements à base de plantes sont souvent utilisés pour soigner la migraine. Cependant, même si cette approche est dite naturelle, il convient d’évaluer sa sécurité et son efficacité.
Plusieurs études robustes ont permis de mettre en lumière les effets thérapeutiques de certaines plantes pour soulager la migraine : la Pétasite, la grande camomille, le curcuma et la menthe poivrée.

1. La Pétasite

Le pétasite (Petasites hybridus) est une plante originaire d’Europe. Elle est issue des rhizomes et des tiges de la pétasite vivace (P. hybridus). En médecine traditionnelle, les extraits de pétasite ont été utilisés pour le traitement de la peste, de l’asthme, des maladies gastro-intestinales, des maladies respiratoires et du cancer. Les extraits commerciaux de pétasite peuvent être issus de la racine, du rhizome (tige souterraine) ou des feuilles de la plante. Les composants chimiques comprennent des esters d’alcool sesquiterpéniques, des huiles volatiles, des flavonoïdes et des tanins (4).

Trois études randomisées en double aveugle et contrôlées par placebo ont permis d’examiner les effets de la pétasite sur la migraine. La durée du traitement allait de 3 à 4 mois, et les doses allaient de 50 à 150 mg par jour ( (5) ; (6) ; (7) ). Dans toutes les études, un extrait standardisé de racine de pétasite (Petadolex®) a été utilisé.

Dans l’une des études, 233 adultes souffrant de migraine ont pris l’extrait standardisé de racine de pétasite (Petadolex®) pendant 4 mois à deux doses différentes (100 ou 150 mg par jour) (7). Les participants qui ont pris une dose de 150 mg de Pétadolex par jour ont vu leur migraine diminuer de 48%, contre une diminution de 36% pour une dose de 100mg/jour et 26% pour le groupe placebo.

Les chercheurs estiment que l’extrait standardisé de pétasite Petadolex® est un traitement prometteur pour soulager la migraine.

Y-a-t-il des risques à prendre de la Pétasite ?

La plante brute (non transformée) contient des produits chimiques appelés alcaloïdes de pyrrolizidine. Ces molécules sont toxiques et sont capables de provoquer le syndrome d’obstruction sinusoïdale. Par conséquent, les produits à base de pétasite à usage oral doivent être spécialement être traités pour éliminer toute trace d’alcaloïdes de pyrrolizidine.

2. La grande camomille

La grande camomille (T. parthenium L.), est une plante herbacée vivace membre de la famille des Astéracées. Elle est traditionnellement utilisée pour le traitement de la fièvre, des états inflammatoires, du psoriasis, des maux de dents, des piqûres d’insectes, des troubles musculaires, des rhumatismes, de l’asthme, du vertige et des maux d’estomac (8).
La grande camomille est originaire d’Asie Mineure. C’est une plante commune qui est aujourd’hui cultivée dans la plupart des pays d’Europe et en Amérique.

La grande camomille contient en grande partie des lactones sesquiterpéniques (plus de 85%), dont les principales sont les parthénolides qui se trouvent dans les glandes superficielles des feuilles (9).
Plusieurs études ont démontré que ces composés ont une action antimigraineuse. Son action inhibe notamment la libération de sérotonine plaquettaire (libération à l’origine de la vasoconstriction des vaisseaux intracrâniens) et la synthèse des médiateurs de l’inflammation : prostaglandines, leucotriènes et thromboxanes (10) ; (8).

Cependant, sur les 7 essais randomisés contrôlés, les résultats des recherches sur l’efficacité de la grande camomille comme traitement de la migraine sont mitigés. Par conséquent, il n’y a pas de consensus quant à une efficacité certaine de la grande camomille pour prévenir et traiter les migraines, contrairement à la Pétasite.

Y’a-t-il des risques à prendre de la grande camomille ?

La grande camomille, est généralement bien tolérée et ses effets indésirables sont généralement légers et réversibles. Des inflammations généralisées de la muqueuse buccale et de la langue, ainsi que des dermatites (inflammations de la peau), ont été parfois associées à l’utilisation de la grande camomille.
Mais aucune étude de toxicité due à une utilisation sur le long terme sur la plante n’a été établie.

En revanche, la prudence est de mise lorsque la grande camomille est conjointement utilisée avec des médicaments. En effet, cette dernière peut affecter le mécanisme d’action et l’élimination hépatique (par le foie) des médicaments, y compris ceux utilisés pour traiter la migraine. Elle peut également avoir des propriétés anticoagulantes (11).

Le curcuma

La curcumine est le principal polyphénol naturel présent dans le rhizome du Curcuma longa (curcuma. C. longa). Ce dernier est traditionnellement utilisé dans les pays asiatiques comme herbe médicinale pour un large éventail de maladies en raison de ses propriétés antioxydantes, anti-inflammatoires, antimutagènes, antimicrobiennes et anticancéreuses (12).

Les résultats de deux études randomisées, en double aveugle et contrôlées par placebo suggèrent que la curcumine (principe actif du curcuma) peut être efficace en prévention de la migraine. En revanche, son efficacité est en grande partie dûe à son association avec des acides gras oméga-3 ou à la Coenzyme Q10.

Dans ces deux études, un extrait de nano-curcumine (Sina-Curcumin®) à une dose de 80 mg par jour pendant 8 semaines a été examiné. Dans une étude portant sur 80 adultes souffrant de migraine épisodique, les participants ont été répartis au hasard pour prendre un médicament prophylactique (propranolol et amitriptyline ou nortriptyline) plus de la curcumine (80 mg) et des acides gras oméga-3 (2 500 mg), des acides gras oméga-3 (2 500 mg) seuls, de la curcumine (80 mg) seule, ou un placebo.

Résultat : la fréquence et la gravité des crises de migraine ont diminué dans tous les groupes de traitement actif, mais pas dans le groupe placebo. Cependant, l’effet prophylactique global le plus important a été observé chez les participants prenant la combinaison d’acides gras oméga-3 et de curcumine. L’efficacité du traitement était similaire chez les participants prenant de la curcumine ou des oméga-3 seuls (13) ; (14).

Une autre étude de 2019 suggère également que les effets anti-inflammatoires et neuroprotecteurs de la curcumine peuvent également contribuer à son influence antimigraineuse. (15)

Y’a-t-il des risques à prendre de la curcumine ?

La curcumine est généralement bien tolérée et les effets indésirables sont généralement légers et réversibles. Les effets indésirables les plus courants comprennent des troubles gastro-intestinaux légers qui s’atténuent souvent avec le temps (16).

En revanche, selon les résultats de recherches assez récentes (17);(18), il semble que la curcumine interagisse avec les anticoagulants. L’utilisation de la curcumine avec cette classe de médicaments doit donc inciter à la prudence en attendant d’autres études plus poussées.

4. L’huile essentielle de menthe poivrée

Le menthol est un composé organique naturel présent dans les différentes variétés de menthes telles que la menthe poivrée ou la menthe verte. Il provoque une sensation de froid lorsqu’il est appliqué sur la peau. Il agit également sur les nerfs sensoriels et sur les muscles lisses. Le menthol est notamment utilisé comme analgésique depuis l’Antiquité et possède des qualités anesthésiantes locales (19).

Dans un essai randomisé, en double aveugle, contrôlé par placebo, d’une durée de 2 mois, l’administration dans le nez de gouttes d’huile essentielle de menthe poivrée (1,5 %) a été examinée chez 120 adultes souffrant de migraine (20). Au début de la migraine, les participants ont appliqué deux gouttes par voie intranasale. Si la migraine n’était pas complètement résolue après 15 min, une autre dose était appliquée.

L’efficacité de l’huile essentielle de menthe poivrée a été comparée à celle des gouttes de lidocaïne 4% ou des gouttes de placebo. Par rapport au placebo, l’huile de menthe poivrée a été associée à une réduction plus importante de l’intensité et de la durée des maux de tête. Cependant, il n’y avait pas de différence dans la fréquence des maux de tête. Le traitement à l’huile essentielle de menthe poivrée a eu une efficacité similaire à celle du traitement à la lidocaïne (un produit anesthésiant).

Y’a-t-il des risques à utiliser de l’huile essentielle de menthe poivrée ?

L’application sur la peau de menthol, est généralement bien tolérée, bien qu’une sensation de brûlure sur la zone temporale et une augmentation du larmoiement soient des effets indésirables associés (21).

Pour certaines personnes, une sensation de brûlure sévère et une aggravation des maux de tête peuvent surgir mais cela reste rare. L’huile essentielle de menthe poivrée est plutôt bien tolérée sur la peau, aux dosages recommandés et en respectant les précautions d’emploi inhérentes à l’utilisation des huiles essentielles (publics, âge, antécédents médicaux etc.).
Cependant, d’autres études sont nécessaires pour déterminer l’innocuité et les dosages optimum de la menthe poivrée pour un usage à long terme.

EN BREF

L’utilisation de certaines plantes en prévention ou en traitement pourrait aider à soulager les migraines et à réduire leur intensité ainsi que leur fréquence.
Parmi elles, la Pétasite et notamment l’extrait standardisé Pétadolex est un traitement prometteur pour soulager la migraine.
La grande camomille pourrait également être une autre alternative, même si son effet sur les migraines semble moindre. La curcumine issue du rhizome de curcuma semble présenter des propriétés anti-inflammatoires intéressantes pour réduire l’intensité et la fréquence des migraines. Néanmoins, son action thérapeutique pourrait être potentialisée par la prise d’oméga 3 ou de Coenzymes Q10.
Enfin, en tant que traitement de la migraine aigüe, des résultats probants ont été obtenus suite à l’administration par voie nasale d’huile essentielle de menthe poivrée.



Ressources Bibliographiques :




1. Noseda R, Burstein R. Migraine pathophysiology: Anatomy of the trigeminovascular pathway and associated neurological symptoms, cortical spreading depression, sensitization, and modulation of pain. PAIN®. 1 déc 2013;154:S44‑53.
2. Annequin D, Tourniaire B, Massiou H. MIGRAINE AND HEADACHE IN CHILDHOOD AND ADOLESCENCE. Pediatric Clinics of North America. 1 juin 2000;47(3):617‑31.
3. Marmura MJ. Triggers, Protectors, and Predictors in Episodic Migraine. Curr Pain Headache Rep. 5 oct 2018;22(12):81.
4. Fradkin JE, Rodgers GP. Diabetes Research: A Perspective From the National Institute of Diabetes and Digestive and Kidney Diseases. Diabetes. 1 févr 2013;62(2):320‑6.
5. Grossman W, Schmidramsl H. An extract of Petasites hybridus is effective in the prophylaxis of migraine. Alternative medicine review : a journal of clinical therapeutic. 1 juill 2001;6:303‑10.
6. Oelkers-Ax R, Leins A, Parzer P, Hillecke T, Bolay HV, Fischer J, et al. Butterbur root extract and music therapy in the prevention of childhood migraine: an explorative study. Eur J Pain. avr 2008;12(3):301‑13.
7. Lipton RB, Göbel H, Einhäupl KM, Wilks K, Mauskop A. Petasites hybridus root (butterbur) is an effective preventive treatment for migraine. Neurology. 28 déc 2004;63(12):2240‑4.
8. Pareek A, Suthar M, Rathore GS, Bansal V. Feverfew (Tanacetum parthenium L.): A systematic review. Pharmacogn Rev. janv 2011;5(9):103‑10.
9. Pareek A, Suthar M, Rathore G, Bansal V. Feverfew (Tanacetum parthenium L.): A systematic review. Pharmacognosy reviews. 2 mars 2011;5:103‑10.
10. Heptinstall S, Groenewegen WA, Spangenberg P, Loesche W. Extracts of feverfew may inhibit platelet behaviour via neutralization of sulphydryl groups. J Pharm Pharmacol. juin 1987;39(6):459‑65.
11. Loesche W, Mazurov AV, Voyno-Yasenetskaya TA, Groenewegen WA, Heptinstall S, Repin VS. Feverfew–an antithrombotic drug? Folia Haematol Int Mag Klin Morphol Blutforsch. 1988;115(1‑2):181‑4.
12. Hewlings SJ, Kalman DS. Curcumin: A Review of Its Effects on Human Health. Foods. 22 oct 2017;6(10):E92.
13. Abdolahi M, Jafarieh A, Sarraf P, Sedighiyan M, Yousefi A, Tafakhori A, et al. The Neuromodulatory Effects of ω-3 Fatty Acids and Nano-Curcumin on the COX-2/ iNOS Network in Migraines: A Clinical Trial Study from Gene Expression to Clinical Symptoms. Endocr Metab Immune Disord Drug Targets. 2019;19(6):874‑84.
14. Abdolahi M, Tafakhori A, Togha M, Okhovat AA, Siassi F, Eshraghian MR, et al. The synergistic effects of ω-3 fatty acids and nano-curcumin supplementation on tumor necrosis factor (TNF)-α gene expression and serum level in migraine patients. Immunogenetics. juin 2017;69(6):371‑8.
15. Shimizu K, Funamoto M, Sunagawa Y, Shimizu S, Katanasaka Y, Miyazaki Y, et al. Anti-inflammatory Action of Curcumin and Its Use in the Treatment of Lifestyle-related Diseases. Eur Cardiol. 11 juill 2019;14(2):117‑22.
16. Chainani-Wu N. Safety and anti-inflammatory activity of curcumin: a component of tumeric (Curcuma longa). J Altern Complement Med. févr 2003;9(1):161‑8.
17. Burgos-Morón E, Calderón-Montaño JM, Salvador J, Robles A, López-Lázaro M. The dark side of curcumin. Int J Cancer. 1 avr 2010;126(7):1771‑5.
18. Bahramsoltani R, Rahimi R, Farzaei MH. Pharmacokinetic interactions of curcuminoids with conventional drugs: A review. J Ethnopharmacol. 14 sept 2017;209:1‑12.
19. Eccles R. Menthol and Related Cooling Compounds. Journal of Pharmacy and Pharmacology. 1994;46(8):618‑30.
20. Rafieian-Kopaei M, Hasanpour-Dehkordi A, Lorigooini Z, Deris F, Solati K, Mahdiyeh F. Comparing the Effect of Intranasal Lidocaine 4% with Peppermint Essential Oil Drop 1.5% on Migraine Attacks: A Double-Blind Clinical Trial. Int J Prev Med. 2019;10:121.
21. Cutaneous application of menthol 10% solution as an abortive treatment of migraine without aura: a randomised, double-blind, placebo-controlled, crossed-over study – PubMed [Internet]. [cité 26 août 2021]. Disponible sur: https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/20456191/

close

Bienvenue 👋
Nous sommes ravis que vous ayez choisi de vous inscrire à notre newsletter 🙂

Inscrivez votre e-mail et recevez chaque mois nos dernières informations sur la santé par le mode de vie dans votre boîte de réception.

A bientôt !

L'équipe de Sensas' Lifestyle

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.